• samanthanoeltherap

TDAH à l'école

Si nous constatons le manque de formation nationale en terme de trouble du neurodéveloppement, nous concédons le fait que le manque de formation se ressent aussi dans le milieu scolaire. Être porteur de TDAH dans le système scolaire en France aujourd'hui est un périlleux travail autant pour l'élève que son parent. Alors par quels outils pouvons-nous accéder à une scolarité avec le moins d'accros possible?

Construire un lien de respect et de soutien autour des professeurs.

Dans les deux camps, professeurs et parents, chacun à ses arguments valables à défendre. Pourtant si nous parlons de "camps", nous parlons de relations d'opposition. Et cela est la première condition pour partir... sur de mauvaises bases !



Le professeur des écoles, du collège et du lycée doit déjà travailler dans des conditions précaires et il est essentiel pour le parent de s'habiller d'empathie pour ces professionnels. Ils subissent par exemple :

  • des classes trop chargées

  • une réputation de fainéants

  • une méfiance déjà installée des parents

  • un manque de moyens

Mais ce qui caractérise aussi leur métier déjà lourd en charge, c'est le manque de formation en terme de TDAH , troubles DYS et TSA.

Il n'y a pas, à priori, de formations poussées dans ces troubles du développement et en majorité ces formations peuvent être amené par une personne extérieure moyennant un coût certain pour le professeur.




De même il est important pour le professeur de s'intéresser à la difficulté de l'enfant et de ne JAMAIS classer trop vite un élève dans la case du paresseux, non investi, parasite, fut chômeur, cas social... ( ces mots ont été rapporté dans mon cabinet, d'où la permission de m'en servir). Le parent se sent très rapidement responsable des difficultés de son enfant, il ne peut se détacher de ses agissements. D'ailleurs, la conclusion très rapide est le manque d'éducation et elle est dans la plupart des cas complétement arbitraire.

Quand un enfant a un diagnostique TDAH ou autre, le professeur est censé en être informé et son devoir est d'inclure ce diagnostic dans sa manière de travailler.


Le premier pas vers un lien entre les deux partie : l'alliance !

Il est donc important dans ce cas de partir tout de suite sur le bon pied. Nous proposons donc au parent de faire circuler au professeur des école ou au professeur principal qui doit faire le lien entre l'équipe et le parent, un document qui explique :

  1. Le diagnostique de mon enfant et donc ses symptômes

  2. Une fiche d'outils pour aider lors de certaines situation et du matériel ( casque antibruit par ex)

  3. Un PAP ( projet d'accueil personnalisé) signé d'un professionnel

  4. UN PPS ( projet personnalisé de scolarisation ) plus officiel

  5. une demande de réunions régulières ou d'ESS

  6. Une fiche de suivi personnalisée sur le comportement si c'est un soucis avec demande de détailler les situations ( qui permet de faire le liens avec l'équipe thérapeutique)

Cela peut paraitre lourd, mais en fait ce ne sont que des bases qui permettent à la fin d'économiser du temps, de l'argent et des mauvaises relations.


Il est aussi très important, surtout en primaire, que le parent ne soit pas alpagué à la sortie de l'établissement pour que le lien ne s'effrite pas. Le parent doit être convoqué, prévenu qu'il va y avoir une entrée en contact. Il peut se sentir agresser et redouter les sorties de son enfant et donner à l'enfant un sentiment de stress vis à vis de l'école.

L'enfant doit avoir un suivi en dehors de l'école et un soutien de la part de tous les acteurs de sa scolarité

L'enfant est le pion majeur à ne pas négliger dans vos relations d'adulte. Il ne faut pas oublier qu'on joue l'avenir d'un adulte en devenir, quelque soit son profil.


Le TDAH à l'école a des symptômes qui restent handicapant dans un système scolaire super codé:

  1. l'inattention qui ne permet pas à l'enfant de tenir plus de quelques minutes dans le regard d'un cours ou d'un exercice.

  2. Le comportement agité, qui en fait lui permet de se concentrer... mais déconcentre tous les autres !

  3. Des comportements provocateurs, qui sont le résultat d'un TOP ( trouble oppositionnel avec provocation )

En énumérant ces difficultés majeures, cela n'excuse pas l'enfant de devoir malgré tout s'intégrer, à son rythme, au système de l'école.



L'élève doit avoir un suivi très rigoureux en thérapies et le justifier auprès de l'établissement. Le parent doit pouvoir prouver qu'il est attentif aux difficultés de son enfant. Il doit aussi maintenir des relations cordiales et à l'écoute des remarques des professeurs... et vice-versa !!


Cela ne veut pas dire que l'enfant sera toujours parfait mais que sa construction est dans une voie d'intégration et que tous les acteurs de la vie de l'enfant doivent participer à cette construction .


Les professeurs ont le devoir d'être dans le soutien et l'apport de solutions pour l'aider dans sa scolarité. Il doivent pouvoir eux aussi donner des indications aux parents sur leur demande et avoir l'empathie necessaire pour l'enfant qui a besoin de cela pour sa confiance en lui.


La confiance en soi est l'attente majeure pour les enfants porteur du TDAH ou de tout autre trouble. C'est l'enjeu d'une bonne entente entre lui et le professeur.

Les outils essentiels dans le cadre d'un TDAH à mettre en place dans une salle de classe



  1. Une documentation à l'adresse des professeurs pour aider à la formation

  2. des outils physiques

  3. un suivi solide en dehors de l'école

  4. des réunions régulières

  5. un lien de confiance entre les parents et l'équipe scolaire

  6. de la formation et de l'information


Le plus important est de garder l'enfant dans une aisance scolaire appréciable pour tous.









retrouvez moi dans mon cabinet à Cergy ou en visio d'où vous voulez pour vous aider dans vos difficultés avec votre enfant.




33 vues0 commentaire